Les emplois d’avenir ont pour ambition d’améliorer l’insertion professionnelle et l’accès à la qualification des jeunes peu ou pas qualifiés, confrontés à des difficultés particulières d’accès à l’emploi. L’Etat soutient ainsi la création de 150 000 emplois d’avenir d’ici 2014.

La jeunesse est une des priorités du quinquennat. Les emplois d’avenir (EA) doivent permettre aux jeunes d’accéder à une première expérience professionnelle reconnue sur le marché du travail et/ou acquérir des compétences leur permettant d’évoluer vers un autre emploi. Ce dispositif s’insère dans un engagement plus global du gouvernement en faveur de l’emploi. Les emplois d’avenir, qui répondent à l’urgence vis-à-vis des jeunes sans emploi ni qualification constituent le premier volet de cette politique qui comprend notamment les contrats de génération et la sécurisation de l’emploi.

QUI EST CONCERNE ? Les jeunes de 16 à 25 ans (ou jusqu’à 30 ans pour les travailleurs handicapés), peu ou pas diplômés et à la recherche d’un emploi peuvent poser leur candidature pour un emploi d’avenir. A titre exceptionnel, les jeunes résidant dans une zone urbaine sensible, une zone de revitalisation régionale ou en outre-mer peuvent également accéder à un emploi d’avenir jusqu’au niveau bac+3 et s’ils sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’un an.

Les employeurs du secteur non marchand sont principalement concernés par le dispositif emplois d’avenir. Leurs activités ont une utilité sociale avérée ou de défense de l’environnement et sont susceptibles d’offrir des perspectives de recrutement durables : filières vertes et numériques, secteurs social et médico-social, aide à la personne, animation socio-culturelle, tourisme… Ce sont principalement des associations, des organismes à but non lucratif, des établissements publics, des collectivités territoriales. Certaines entreprises privées peuvent recruter en emplois d’avenir, dans des secteurs d’activités ciblés au niveau régional et sur la base de projets innovants.

QU’EST-CE QUE C’EST ? Pour les jeunes concernés :

un CDI ou CDD de 1 à 3 ans à temps plein (sauf exception) une formation pour apprendre un métier la reconnaissance des compétences acquises pendant l’emploi d’avenir Pour les employeurs :

une aide de l’Etat pour 3 ans à hauteur de 75 % de la rémunération brute mensuelle au niveau du SMIC embaucher un jeune motivé bénéficier d’un conseil au sein de la mission locale pour construire le parcours de formation du jeune et intervenir pour toute difficulté pouvant survenir au cours de l’emploi Dans une logique de parcours, l’emploi d’avenir pourra aboutir à une pérennisation dans l’emploi créé, à l’acquisition de compétences donnant au jeune des perspectives nouvelles dans une activité d’avenir ou à la reprise d’une formation, en alternance le plus souvent, en lien avec la motivation trouvée pour un métier. Ce parcours de réussite reposera sur un fort engagement des employeurs (tutorat, formation, capacité d’accompagnement, place…) et sur un accompagnement renforcé assuré essentiellement par les missions locales mais également Pôle emploi et Cap emploi (pour les travailleurs handicapés).

Bilan annuel du CRDLA Culture

opale Bilan 2016 du Centre de Ressources Culture pour le Dispositif Local d’Accompagnement (CRDLA Culture), animé par Opale, et co-piloté par l’Ufisc et la Cofac, partenaires de cette mission depuis 2006.
En savoir plus

Emplois aidés

Un contrat aidé est un contrat de travail dérogatoire au droit commun, pour lequel l'employeur bénéficie d'aides, qui peuvent prendre la forme de subventions à l'embauche, d'exonérations de certaines cotisations sociales, d'aides à la formation. Le principe général est de…

En savoir plus

Chiffres de l’Uniformation

Chiffres de l'UNIFORMATION : Uniformation a affecté sur le dispositif près de 60 millions d’euros. En décembre 2015, 30 724 Emplois d'avenir, représentés par 11 945 employeurs, avaient été conclus. Au 31 août 2016, le chiffre passe à 35 759…

En savoir plus

Emploi d’avenir : qui peut être embauché ?

Peuvent être embauchés : Les jeunes de 16 à 25 ans (ou jusqu’à 30 ans s’ils sont reconnus travailleurs handicapés), sans diplôme ou titulaires d’un CAP/BEP en recherche d’emploi depuis 6 mois. Les jeunes de 16 à 25 ans titulaires…

En savoir plus

Emploi d’avenir : qui est concerné ?

Vous pouvez recruter un emploi d‘avenir si vous êtes : Une association, un organisme à but non lucratif de l’économie sociale et solidaire, une collectivité territoriale, un établissement des secteurs sanitaires et médico-social. Un groupement d’employeurs qui organise des parcours…

En savoir plus

Le contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE)

Le contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) est un contrat aidé dans le secteur non marchand qui facilite, grâce à une aide financière pour l’employeur, l’accès durable à l’emploi des personnes rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle. Il permet des recrutements en…

En savoir plus

Fiche de la COFAC sur le temps partiel

Réactualisation 2015 La loi de sécurisation de l’emploi stipule depuis le 14 juin 2013, que le contrat d’embauche du salarié travaillant à temps partiel se doit de respecter un « plancher horaire » inférieur à 35 heures hebdomadaires et d’une…

En savoir plus

Ordonnance du 28 janvier 2015

Simplification et sécurisation des modalités d’application des règles en matière de temps partiel Le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social a présenté une ordonnance relative à la simplification et à la sécurisation des…

En savoir plus

Temps partiel de 24 heures

Un projet d'ordonnance, prochainement présenté en conseil des ministres, devrait clarifier la législation applicable au temps partiel. Depuis le 1er juillet dernier, les contrats à temps partiel ne peuvent en théorie être conclus pour une durée inférieure à 24 heures.…

En savoir plus
  • 1
  • 2